Record historique : les taux immobiliers tombent à leur niveau le plus bas en France

Selon l’Observatoire Crédit Logement/CSA, les taux du crédit immobilier aux particuliers atteignaient 1,29 % en moyenne au mois de mai. Un record absolu qui enfonce le plancher français précédent de 1,33 % atteint en novembre 2016. Le temps est aux renégociations de crédits immobiliers comme le précise l’article des Echos publié le 05 juin« Les taux bas soutiennent les renégociations de crédits immobiliers».

 

Des taux immobiliers historiquement bas

En mai 2019, les taux de crédits se sont établis à 1,29% en moyenne, atteignant un nouveau point bas historique : « ils s’établissent maintenant au niveau le plus bas jamais constaté jusqu’alors » selon l’Observatoire Crédit Logement/CSA.

La conjoncture économique actuelle, notamment la vive concurrence entre les banques et la politique monétaire de la Banque Centrale Européenne (BCE), permet aujourd’hui aux emprunteurs de bénéficier de ces taux immobiliers records.

En mai, selon l’Observatoire Crédit Logement/CSA « les taux des crédits immobiliers étaient quatre fois moindres qu’au début des années 2000… et presque dix fois moins élevés qu’au début des années 1990 ! ».Et cette chute des taux n’est sans doute pas finie : les banques partent à la conquête de parts de marché et il n’est pas prévu que la BCE remonte ses taux avant « début 2020 » pour l’instant.

 

En conséquence : l’essor de la renégociation de crédit

A l’heure où les taux des crédits immobiliers « enfoncent le plancher », les emprunteurs les plus avertis profitent de la manne des renégociations et des rachats de crédits. Les ménages sont nombreux à se tourner vers les courtiers pour obtenir des conditions de crédit plus favorables auprès de leur banque ou d’un établissement concurrent.

« En mai, 25 % des dossiers que nous avons reçus concernaient des rachats et renégociations, contre 12 % il y a un an », assure Ulrich Maurel, président du directoire de Compagnie Européenne de Crédit, pour Les Echos.

Seule ombre au tableau : les délais de réponse aux demandes de prêts pourraient rapidement s’allonger au vu de l’afflux.