Pourquoi les taux sont beaucoup plus bas dans certaines régions ? (Cbanque)

« À profil identique, deux emprunteurs vivant dans deux régions différentes obtiennent rarement les mêmes conditions de financement. Et l’écart de taux peut être conséquent, de l’ordre de 0,50 points » peut-on lire sur Cbanque. Dans le cadre d’une interview accordée au site spécialisé, Ulrich MAUREL – Président du Directoire de Compagnie Européenne de Crédit et porte-parole des quatre marques – décryptait l’origine des disparités régionales des taux d’emprunt.

 

Banques régionales et institutions nationales

La première origine de ces différences entre deux emprunteurs identiques (même capacité, voire pouvoir de financement) réside dans l’organisation du système bancaire, qui, en France se divise en deux institutions : les banques nationales (Société Générale, HSBC…) d’un côté et les fonds communs de placement de banques mutuelles (ex : Crédit Agricole, Crédit Mutuel…) de l’autre. Ces derniers sont structurés en banques régionales qui conservent une autonomie dans la fixation de leur taux, ce qui explique pourquoi deux fonds du même groupe peuvent offrir des conditions d’emprunt très différents selon Ulrich MAUREL.

 

Disparités liées aux objectifs commerciaux locaux

La seconde explication donnée par le Président du Directoire de Compagnie Européenne de Crédit est relative aux objectifs commerciaux des banques. Le crédit immobilier étant l’un des principaux leviers mobilisables par les banques pour attirer de nouveaux clients et ainsi remplir leurs objectifs de productions de crédit, celles-ci jouent sur des taux d’intérêt concurrentiels pour conquérir de nouveaux contrat de long terme.

 

Ces objectifs commerciaux sont par ailleurs intrinsèquement liés au contexte économique, salarial et démographique du territoire. Selon Ulrich MAUREL, plus la région est dynamique et attire un nombre croissant d’habitants, plus les banques vont se battre pour conserver leur part du marché et attirer ainsi les meilleurs profils. Ainsi, les taux de l’immobiliers sont sensiblement plus bas sur la côte atlantique et dans le sud-ouest où se concentrent des villes à population en croissance et revenus élevés.

 

Lire l’article en entier en cliquant ici.