Logement : quel financement pour les français ?

Dans son étude du 14 mai dernier, la Fédération Bancaire Française souligne les différentes facettes du financement des projets de particuliers français. Fin mars 2019, les crédits aux particuliers sont en hausse de 6,0% sur un an avec 1 236 milliards d’euros d’encours (contre 1 230 milliards d’euros d’encours à fin février).

 

La France, première en Europe concernant les prêts à l’habitat

Aujourd’hui en France, 1 crédit sur 2 bénéficie aux particuliers. En plus forte dynamique que la zone euro, ces financements servent les besoins des Français pour leur logement ou leurs projets de consommation. Fin mars 2019, le nombre de crédits à l’habitat connaissait une hausse de 6,4% en France contre 3,5% pour le reste de l’Europe selon la Banque Centrale Européenne (BCE). Par ailleurs, plus de 28% du total des prêts immobiliers de la zone euro sont accordés par une banque en France (BCE au troisième trimestre 2018). La France fait ainsi partie des pays européens les plus dynamiques en matière de financement de leurs projets par l’emprunt.

 

De plus en plus de crédits pour les projets immobiliers des particuliers

En 2018, l’enquête annuelle de l’Observatoire des Crédits aux Ménages (OCM 2017) a révélé que 47,8% des ménages détenaient au moins un crédit en 2018. Près d’un français sur trois détenait un crédit immobilier en 2018 selon cette même enquête.

Sur les 24,2 milliards d’euros de crédits nouveaux – comptabilisés au mois de mars 2019 en France par la Banque de France – 18,25 milliards d’euros concernent le financement du logement, soit plus de 75% de la totalité des nouveaux crédits.

En hausse de 6,1% à fin mars 2019 selon la même institution, les crédits à l’habitat connaissaient une croissance stable depuis quelques années, du fait notamment de taux immobiliers particulièrement bas.

 

Un financement de l’habitat tourné vers l’emprunteur

Depuis 2012, les taux moyens des nouveaux crédits ont été divisés par plus de 2 selon la Banque de France.Plus précisément, en mars 2019 et sur 6 ans, la baisse des taux équivalait à 56% du coût de crédit en moins.

En 2018, selon l’enquête annuelle de l’OCM, 84% des ménages jugent leurs charges de remboursement supportables.

La suite de l’enquête est à retrouver ici ou sur le site de la Fédération Bancaire Française.