2020, le retournement du marché immobilier

Frank Roullier, le Président de Compagnie Européenne de Crédit, était l’invité de Thomas Binet sur Sud Radio dans l’émission “Osez Investir” pour parler des recommandations du Haut Conseil de Stabilité Financière (HCSF), des Français les plus en difficulté suite à ces annonces de la HCSF, de la notion de reste à vivre et enfin la nouvelle proposition de loi pour permettre au consommateur de faire jouer la concurrence dans le domaine des assurances de prêt.

Il y a presque un an, le Haut Conseil de Stabilité Financière (HCSF) recommandait aux banques de ne plus accorder de crédits avec un taux d’endettement supérieur à 33% et d’une durée de plus de 25 ans. C’était avant l’avènement de la crise de covid-19 et pourtant son impact se fait ressentir sur le marché de l’immobilier, du crédit et sur les ménages. 

 

L’impact des recommandations du Haut Conseil de Stabilité Financière…

Ces recommandations, qui sont aujourd’hui appliquées stricto sensu par les banques, impactent deux profils d’emprunteurs, et empêchent 10% à 15% des dossiers de demande de crédit d’aboutir. 

 Les primo-accédants impactés sur la durée. Environ 250 000 d’entre eux s’endettaient sur une durée supérieure à 25 ans, et n’ont donc, à présent, plus accès au crédit. 

 Les investisseurs de l’immobilier neuf impactés sur le taux d’endettement. Les nouvelles recommandations ne différenciant plus les personnes selon leurs revenus et ne prenant plus en compte le reste à vivre, de nombreux investisseurs se sont vu refuser leur demande de crédit. 

 

… à quoi s’est ajouté la crise du Covid-19…

 La crise a impacté le marché de l’immobilier et du crédit et nous obligeant à nous revoir nos projets, notamment ceux d’investir dans la pierre. 

Frank Roullier nous explique le cheminement qu’a pris le marché immobilier depuis le début de la crise : «Tous les projets enclenchés avant le confinement se sont débouclés au cours des mois de juin à septembre. Sur juillet, août et mi-septembre, la demande des clients pour emprunter a été forte. Dans les agences du groupe Compagnie Européenne de Crédit (Empruntis, Immoprêt et Ace Crédit) par exemple nous avions une demande importante de nos clients qui venaient préparer leur achat immobilier.» 

 

… et une nouvelle proposition de Loi

 Les députés ont voté, courant octobre, contre l’avis du gouvernement et de la majorité, un amendement visant à instaurer le droit à la résiliation, à tout moment, de l’assurance emprunteur. 

 « Toute idée donnant plus de flexibilité et de liberté au consommateur est intéressante, mais je ne suis pas certain que cela chamboule radicalement le marché de l’assurance et de l’immobilier », explique Frank Roullier.  

 En effet, cet amendement intervient après la Loi Hamon qui permet à l’emprunteur de changer d’assurances dans les 12 mois suivants la signature de l’offre de prêt, et après l’amendement Bourquin, qui offrait la possibilité aux emprunteurs de changer d’assurance tous les ans, à la date de signature de prêt.